Georges Mazou

21 octobre 2019

les miettes

La diagonale toscane   De la grâce des villages   Sur leurs collines les vieux villages prennent la variété des ocres comme fonds de teints les soulignant des verts crus coquets de leurs persiennes   souvent ils s'enroulent dans les lacis de leurs ruelles ombrées d'ou tombent les écarlates des fleurs sur les rebords   et plongent par des envolées de vieilles pierres jusqu'aux fontaines travaillées aux jeux de fraîches eaux courantes   on s'y balade ravis des luminosités par dessus les... [Lire la suite]
Posté par Georges Mazou à 19:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 octobre 2019

les miettes

La diagonale toscane .   Des paroles .   Grand fort buriné il porte bure et capuchon de moyen-âge et déclame tonnante la voix pour qui veut l'entendre les chants de la divine comédie   " par moi on va dans la cité dolente par moi on va dansl'éternelle douleur par moi onva parmi la gent perdue "   c'est en haut dans les jardins surplombants à San Gimignano .   ( Toscane, septembre .)
Posté par Georges Mazou à 20:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 octobre 2019

les miettes

La diagonale Toscane.   La condition de l'être .   être en vacances suppose un certain relachement être en voyage commande de l'application tenter de lier les deux termes implique une bonne dose d'humour .   ( Florence . septembre 2019 )
Posté par Georges Mazou à 11:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 octobre 2019

les miettes

Au seul détour des phrases .   Au ridoir des questions savait pas bien s'y prendre qui bafouillait au seul détour des phrases   comme si le gris du ciel lui pesait trop sur les bras   les nuits longues tourmentées il s'enivrait de lecture il disait ainsi les hommes parlent et je les écoute   le plus souvent les gens l'ennuyaient bavant tout le jour l'ordinaire servi   sur ses carnets à spirales il s'essayait aux mots comme on trace par jeu des lignes sur le sable.     ... [Lire la suite]
Posté par Georges Mazou à 14:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 septembre 2019

les miettes

S.   là- bas derrière les pins sur la presqu'île ton dernier souffle   un matin de novembre si loin maintenant   une autre vie une autre ronde   reste la plaie profonde jamais vraiment cicatrisée comme les revenants blessés de guerre   la grande besasse à souvenirs bien close et lacée   volonté besogneuse d'y solder une belle histoire bleue iodée cahotique .   ( Roscoff . septembre . )
Posté par Georges Mazou à 16:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 septembre 2019

les miettes

Nocturnes   Les nuits nombreuses de mauvais songes à demi-éveillé   ce kaleidoscope insensé tourne au risque de l'abime   on en voudrait que lumières certitudes horizons bleus de l'été   mais ni temps ni géographie de l'informe envahissant commeun trop de débit d'eaux salies inconnues .   ( Perros . Août .)
Posté par Georges Mazou à 09:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 août 2019

les miettes

Terrasses des cafés à l'abri des pointes ensoleilées de l'été au dessus de leurs verres mousseux les gens parlent parlent parlent il les entends vaguement étonné un peu envieux et si loin   les conversations comme hirondelles ça va ça vient chansonnettes légères comme si le bruit avait droit de primauté .   ( Août )
Posté par Georges Mazou à 10:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 août 2019

les miettes

Pélérinage .   Au carillon de l'ancienne mairie place Ducale sonnent tous les quart'd'heures des bouts de Marseillaise restes d'une lourde complainte d'entre les hommes   le musée au bras du fleuve est vide et sans considérations et la maison en face n'offre que des pièces désertes ou seuls grincent les vieux parquets   au lieu de sa naissance dans une rue devenue pietonne seule une plaque évocatrice qu'il faut trouver ironie au dessus d'une boutique France-Loisir   au cimetière la tombe... [Lire la suite]
Posté par Georges Mazou à 15:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 août 2019

les miettes

le front immense des galets roulants rosit  au lent coucher du jour calmes au point qu'au loin on distingue le défilé des navires dans le rail à gauche tout au bout l'arc-boutant d'Etretat sous un relent de brume des lumières pâles et sereines pays d'opales enchantées .   ( Fécamp . Août .)
Posté par Georges Mazou à 20:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 juillet 2019

les miettes

Du Louvre , musée national.   Submergés par les vagues successives venues d'ailleurs au point de n'y pouvoir rien regarder que la massification délirante des voyageurs organisée par les marchands du temple qui se moquent bien du reste   fuir donc à regret adieu Mona radeau et république ironie d'un mauvais songe ce musée est devenu nef des fous.   ( Paris .juillet )
Posté par Georges Mazou à 09:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]