Georges Mazou

12 octobre 2017

les miettes

Mistral song.   ce vent fou là gicle des collines par coups de boutoirs obstinés se réfugier devant un blanc piquant de pays solution raisonnable   ou bien   l'as tu vu croque olives sous la casquette c'la couler vive par rosé de finette avant la poudre d'escampette vers le nord des pendus.   ( Cavalaire . octobre . )
Posté par Georges Mazou à 13:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 octobre 2017

les miettes

voyage   beau décors d'opéra bouffe ou de très riches rutilants s'exposent flottants devant tous les autres défilant comme en pélérinage sur le quai des marchands du temple jeux rôles très figés on s'y laisse prendre un peu.. étrange jeu de miroirs .   ( St Tropez . septembre .)
Posté par Georges Mazou à 18:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 octobre 2017

les miettes

voyage   riviera  partout entre Antalya et Lanzarote du soleil pour ceux qui peuvent comme du vernis à ongles clinquant and cie   la côte même en septembre n'est que saturation jusqu'à l'écoeurement on cherche en vain quelques fluidités de passage   ce pays devait être magnifique il y a longtemps avant les envahisseurs de ce temps   il faut passer le cran du massif des Maures pour retrouver de l'équilibre des lignes et couleurs de l'épaisseur des hommes là oui du vrai plaisir.   ... [Lire la suite]
Posté par Georges Mazou à 17:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 octobre 2017

les miettes

balade.   Adossé das la fraicheur d'un soir de septembre au mur du collège Jean Moulin rue de Betléhem ( celà ne s'invente pas ) il se grise parmi d'autres du grand vaisseau gothique illuminé et mouvant pour le travail des hommes d'autrefois et d'aujourd'hui fête bien servie. (Chartres ,septembre.)
Posté par Georges Mazou à 17:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 septembre 2017

les miettes

Les saisons , Septembre .   C'est la rallonge dessous la table fragile comme pièce rapportée tirée chaque année au repas de famille c'est selon chaleureux comme on aime atroce et gris quand c'est mal pris.   ( Perros ).
Posté par Georges Mazou à 17:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 août 2017

les miettes

Les saisons,  Août.   On peut en dire sale caractère souvent en froid d'avec la dorsale attendue il sait trop bien se montrer maussade grincheux buté comme toile rêche   mais aussi brusquement des moments chaleureux de vraies lumières cherchant prince consort le pardon entre les blés roulés et les jours presque déjà écornés.   ( Perros )
Posté par Georges Mazou à 20:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 août 2017

les miettes

En mer   En pêche un matin la mer scintille au soleil de l'été mieux vaut baisser la tête cligner des yeux alors dans le clapot et les mouvements du canot flèches d'argents diffragtées il pleut de la lumière on en voudrait rester là avec montante la voix d'une Nina Simone.   ( Perros , Août )
Posté par Georges Mazou à 14:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 juillet 2017

les miettes

les saisons   juillet en ouest.   jeune fille mangue bachelière légère et solaire elle danse orange l'invite facile dans les musiques et leurs lumières   de ses yeux d'infante ébahie aux artifices pétillants nocturnes elle se fait pêche mûre /mer   instable aussi sait se faire grise ronchonneuse et passe ses habits vieilles pommes de l'automne pluvieux elle trébuche agacée   mais cela ne dure que d'impatience tout se déchire comme voile Glaz des promesses dans ses lunettes de... [Lire la suite]
Posté par Georges Mazou à 10:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 juin 2017

les miettes   les saisons. juin.   Des enfants déliés vont patauger bruyants mouillant à qui mieux mieux en arabesques d'écume devant la mer montante de derrière l'horizon   et quelques femmes- lézards sur leur bout de plage prennent leurs quartiers d'été   le bénéfice des lumières des espaces à dévorer comme morts- la -faim cavaler entre vagues bleues des grands beaux temps aller pieds nus têtes en l'air jouissant sans compter des longueurs du jour .   (Perros ).
Posté par Georges Mazou à 12:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 juin 2017

les miettes

la mauvaise pente.   un pauvre cocher scribouillard désoeuvré porte sous fleur de peau l'ombre portée de l'écriture et de la mort   sa vieille carne attelée frappe pavés de ses sabots énervés   n'est plus le temps ou altiers ils menaient les jeunes gens enrubannés entre les prés de mai   ou bien   un chat noir boiteux finies les virées nocturnes se lèchent les pattes à l'ombre d'un mur guignant le matin d'une étroite manière   ou le bestiaire n'y suffirait   en douce donc ... [Lire la suite]
Posté par Georges Mazou à 14:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]