Georges Mazou

10 février 2018

les miettes

Les saisons.   Ce maudit mois de trop sans lumières on courbe l'échine en attendant   derrière la vitre on regarde le bleu délavé des ciels de passage de grandes envies d'échappées vite recouvertes de grisailles basses et prononcées pulls encore de rigueur maugréer d'impatience   les colzas d'or colorent le calendrier ou un doigt hésitant chercheles dimanches   il se joue de nous entre ses doigts durs et donne à vivre enfin quelques premières chaleurs lumineuses qu'il balaie aussitôt de... [Lire la suite]
Posté par Georges Mazou à 12:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 février 2018

les miettes

des traces pour écriture .   Mots cabossés de vies bringueballées   non pas des phrases des tentatives essouflées de recits du consruit hors de portée non des traces   discontinues de loin en loin mais nécessaires et certaines comme de l'englouti du silence monastique du vent de déserts   ce rien cet ordinaire qui change tout au tableau .   ( Perros. janvier 2018 ) .
Posté par Georges Mazou à 10:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 janvier 2018

les miettes

les saisons . Janvier .     Derrière la fin du cycle ou son début c'est selon tous les hivers se ressemblent immobilités de mauvais goût les hommes bourdonnent en gris labeurs leur ordinaire tous en quête de lumière elle reviendra elle revient toujours mais dieu qu'elle sait prendre son temps !   (Perros . janvier 2018 )
Posté par Georges Mazou à 16:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 décembre 2017

les miettes

Les saisons . décembre.     traine ses langueurs nocturnes en jouant aux cercles des enfants impatients   jusqu'au solstice de l'hiver qu'illuminent partout les hommes  achalandés et soucieux      ( Perros ).
Posté par Georges Mazou à 15:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 décembre 2017

les miettes

l'île. les anecdotes .      dans le sud bordant les routes  partout les déchets abandonnés la lumière bornant l'abandon douteux de quelques ouvrages routiers les villages sur les hauteurs à l'abri de leurs ombres les vieux gardent les murs travaillés les jeunes désoeuvrés cherchent de 'avenir   la circulation déroutante qui ressemble à un jeu anarchique les sacs poubelles suspendus   aux rétroviseurs des voitures mais le sourire des gens rencontrés     la saison des... [Lire la suite]
Posté par Georges Mazou à 15:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 décembre 2017

les miettes

l ' île (5)   ici tellurique mythologie histoire cinéma romans paysages tout se mêle et s'enmêle pour offrir dans la beauté et la lumière l' épaisseur baroque d'une culture composite enracinée profondément du récit .   ( Lipari . octobre )
Posté par Georges Mazou à 10:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 décembre 2017

les miettes

l ' île . ( 4 )   Un dé de café noir vieux fauteuil délavé en osier sur la terrasse ensoleilée regarder le lent passage continu des tankers sur l'horizon bleuté miroitant de la mer   devant à un quart d'heure impitoyablement le cimetière marin des miséreux.   ( Marina Di Ragusa . octobre )
Posté par Georges Mazou à 13:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 novembre 2017

les miettes

l 'île  ( 3)   de sombres jeunes hommes désoeuvrés traînent au pied de l'escalier monumental aux carreaux de majolique bleu dans l'attente dont ne sait quoi d'impossible partout de la lumière mêlée d'insidieuse tristesse .   ( Caltagirone )  
Posté par Georges Mazou à 15:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 novembre 2017

les miettes

L'île ( 2 )     tout semble se lézarder sous le poids des ans de l'histoire tourmentée du soleil   l'ocre des vieux murs prennent des teintes d'enluminures aux reflets de la fin de journée   dans l'ombre des ruelles les balcons  de part et d'autre semblent s'enmêler sous l'exubérance des plantes grasses du linge étendu   aux pas des portes une certaine pauvreté sombre et discrète ou des femmes en noirs portent la dureté de ces vies la .   (  Caltagirone . octobre )
Posté par Georges Mazou à 15:57 - Commentaires [1] - Permalien [#]
27 novembre 2017

les miettes

L ' île .   On se pose dans le soleil d'un après-midi entre mer et massifs et aussitôt la chaleur sèche d'une fin d'été la montagne autour bleutée voilée de brumes évanescentes et la lumière la lumière miraculeuse les accueille .     La ville bruyante dynamique joyeuse envahie de sa jeunesse de son passé de sa beauté dans les secrets de ses palais de ses églises de ses passages dans la fraicheur de ses fontaines ici les mots n'en peuvent mais.   ( Palerme . octobre . )
Posté par Georges Mazou à 18:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]