Georges Mazou

21 mars 2020

les miettes

Jeri . ( 2 )   Chaque fin d'après-midi à l'heure ou le soleil se décide à tomber lentement dans l'ouest à l'horizon de la mer c'est le rituel les gens sur la plage s'en vont boissons diverses sous le bras   montent sur la grande dune blanche et s'installent pour saluer le coucher dans l'espérance du rayon vert   on peut préférer par flemme rester en terrasse siffler tranquille un jus frais de coco en songeant vaguement à d'autres sunsets flamboyants à d'autres dunes paisibles dans la tièdeur d'un soir... [Lire la suite]
Posté par Georges Mazou à 17:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 mars 2020

les miettes

Jeri ( 1)   un dernier village populeux et c'est la mer grise et en paix qu'on longe en se bringuebalant dans les dunes tourmentées pas de route pas de piste on se débrouille avec les traces des précédents   le village est tout au bout posé dans le sable des allures new-âge revenues du passé retenues là par on ne sait quel effet de mode saisonnière   c'est plutôt paisible tourisme blanc cosmopolite teintes surfeurs blonds bronzés on beach les pauvres ceux du cru viennent y tenter de vendre leurs... [Lire la suite]
Posté par Georges Mazou à 18:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 mars 2020

les miettes

Sertao   La route droite interminable de chaque coté masquant toute perspective arbustes épineux les uns dans les autres denses illisibles et qui ne laissent place à aucun layon visible du désertique qui ne donne rien à voir d'ou émergent quelques rares cocotiers   de temps à autres une percée quelques masures habitées tuiles fragiles poussière toles quelque hamac occupé à l'ombre anes et chevaux tranquilles divaguent jour de lessive le linge bien passé sèche au vent parfois plus loin quelques maigres... [Lire la suite]
Posté par Georges Mazou à 11:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 mars 2020

les miettes

Fortaleza ( 2 )   Au matin la ville s'étale immense et laborieuse   sorti des ilots buildings des plus riches des bords de plages c'est aussitôt la pauvreté océanique cahotique une éternelle attente bruyante et poussièreuse   boutiques sombres échopes débordant sur les trottoirs défoncés ateliers garages monceaux de pneus un bric à brac branlant indéfini   des bricolages sans fin des gens de peu condamnés sous les tuiles de guingois à la débrouille des petits métiers .   ( Février... [Lire la suite]
Posté par Georges Mazou à 10:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 mars 2020

les miettes

Fortaleza ( 1)   Un soir nuit de miel tambours divers bruyants carnavalesques la foule plus ou moins grimée descend vers la mer lentement au rytme enroulant des sambas   les yeux brillants de ceux qui débarquent premières caÏpis au coin de la rue dans un troquet populaire   lui loin alité au fond d'un couloir hospitalier   mais l'imagination se compose mal au décalage horaire à l'exotisme tropical on reste comme suspendu.   ( Brazil  février 2020 )
Posté par Georges Mazou à 17:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 janvier 2020

les miettes

L' abime.   La nuit souvent tu me visites dans ton élégance coutumière et m'habites par un luxe de détails qui m'étonne toujours c'est par delà ta voix tes yeux ton corps c'est ton style tout entier qui reste gravé aux temps froids de mes songes comme un coffre magique sur l'île déserte ou naufragé de hazard on s'épuise en vain à regarder la mer floutée d'un hiver .   ( Perros . Janvier 2020 )  
Posté par Georges Mazou à 16:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 novembre 2019

les miettes

De novembre   va la saison sans humour ni questions seuls les sabots les pavés froids mouillés la nuit qui tombe   les jours s'enfoncent flotter comme naufragé à demi-mort nous ne sommes pas fait pour novembre et ses cortèges gris de reliquaires   valse lente breloques et larmes à l'oeil faut pas chercher d'horizon mais garder la mesure .   ( Perros. novembre . )
Posté par Georges Mazou à 16:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 novembre 2019

les miettes

La diagonale toscane.   quand la lumière méridienne vient se nicher à l'ombre d'une terrasse d'un bar à vin toscan ruelle montante de village couleurs chaleur paisible c'est bon c'est bien c'est beau étendre ses jambes redresser le chapeau de paille en attendant le vin frais commandé c'est ça c'est ça aussi voyager rencontrer sans nul doute sans illusion les moments pleins de brève sérénité   ( Toscane. octobre. )       .
Posté par Georges Mazou à 18:40 - Commentaires [1] - Permalien [#]
02 novembre 2019

les miettes

La diagonale toscane   le constat   Depuis longtemps déjà constaté les centres historiques sont voués désormais au cosmopolitisme du tourisme massifié moderne invasion et division du monde pour villes musées mises en scènes   pour se mêler aux gens du cru mieux vaut faire pas de coté un pas de plus vers le tout au bord plaisirs assurés   chercher vers santo Spirito ou mieux encore à Sant'Ambrogio le soir jeunesses et bobos tonifiants.   ( Florence . septembre. )
Posté par Georges Mazou à 19:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 novembre 2019

les miettes

la diagonale toscane.   les contingences .   Attendre un train au bout d'un quai et traverser Paris navette oblige un jour de pluie chercher un horizon quelconque à Charles de Gaulle entre bretelles et bétons   chercher encore le numéro de son logement sur San Jacopo aller-retour garantis   être balloté dans le système abscon des billeteries pour entrer aux musées grimper au bout de son souffle sur la Cupola pour admirer la fresque immense du jugement dernier avant tout en haut de jouir du... [Lire la suite]
Posté par Georges Mazou à 13:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]