Georges Mazou

26 juin 2021

les miettes

ULYSSE .   Ulysse se tient sur son banc casquette délavée sur son crane bien chauve l'oeil mi-clos au soleil de l'été il regarde la mer les îles au large son horizon courbé   mais c'est fini coeur rayé ne lui reste que la vie de bernic   les images les pastels les chansons envolées les ciels changeants les gestes d'une femme   tout ce qu'il trimbale en silence ronchonnant en lui-même sur le tout ça pour ça .     ( Perros . juin . )      
Posté par Georges Mazou à 17:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 mai 2021

les miettes

NUIT   la nuit le vent à l'abri sous la couette insomnie coutumière il songe vaguement aux beaux jours bras de chemise les pieds nus sur la plage du soleil à point nommé sur les épaules mais voilà ce pays là ne connait guère le passage des saisons il s'accroche s'étire s'étale indifférent aux coeurs fragiles en mal de lumière .   ( Perros .9/05 )
Posté par Georges Mazou à 10:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 mai 2021

les miettes

hosto- blues   On en sort soigné amaigri chancelant anémié couturé avec le seul désir impérieux de revoir et renifler la mer   l'on sait aussi du délirium l'envahissement totalitaire l'abominable prégnance celle qui vous fait basculer dans le mental débridé   on doute sur la part des choses sur la part des gens tout se brouille et tout reste là menace inquiètante   hosto-bues métaphore de l'existence une grande solitude du coté de l'éprouvé une chaude attention du coté des liens . ... [Lire la suite]
Posté par Georges Mazou à 14:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 février 2021

les miettes

la traversée du désert .   Le voyageur s'est arrêté à Douz encre sèchée plume disparue en ce lieu cloturé sans imaginaire sans possible sans ligne mélodique rien   vieux chameau boiteux machonne son herbe pauvre des problèmes de soif à n'en plus finir ça tourne même pas en rond poussières poussières   derrière la haute dune rien de l'horizon bouché grisâtre balayé mollement de vent chaud imposant ses sables volatiles insondables mauvaise saison comme le temps suspendu   tenter de se... [Lire la suite]
Posté par Georges Mazou à 21:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 novembre 2020

les miettes

une part des choses ( 5 )   Tombé lourdement à genoux au bout de son soufle la branche épuisée pourrie cachée là au bord du chemin sur son crâne qu'il croyait de viking   étourdi  étonné en colère encore   On peut vieillir ainsi d'un coup au détour d'un mois d'aôut y perdre derrière les fagots la dernière illusion   Une vague idée d'obsolescence de mal fini de tache malvenue dans le tableau le coup du sort sans le tragique soudain bleu cassé l'horizon aux doigts raidis du quidam . ... [Lire la suite]
Posté par Georges Mazou à 15:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 octobre 2020

les miettes

Amertume  de mer    Au virage de l'ancienne manufacture quelques arbres fauves de l'automne indiquent la route qui mène à la maison   il faut longer le port la rivière envasée l'ouvert de la baie c'est tout au bout   tu n'es plus là   la mer les ilots le chateau les chenaux que nous avons tant fréquentés tout est là   morne décors pour aujourd'hui amer pour un regard éteint   la vie quand même à petits pas comptés sous menaces nos vies abimées la vie déchantée de tous les... [Lire la suite]
Posté par Georges Mazou à 15:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 octobre 2020

les miettes

Hosto-blues .   La verticale hospitalière series de gestes techniques des gens de blouses qui se succèdent la compassion pour les autres sur la pointe des pieds ou la balourdise bruyante c'est selon L'horizontale hospitalière temps singulier du rien n'y peut qui s'étire sans horizon la dépossession de soi jusqu'à l'humiliation des restes de fierté   Banale histoire de caillou soudain dans la chaussure on trébuche manque d'air coeur affolé voilà Bienvenu du coté des vieux le début des renoncements les... [Lire la suite]
Posté par Georges Mazou à 16:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 septembre 2020

les miettes

Images   Sur l'arrière l'hélice brasse les eaux troubles d'une forte marée montante engloutissant pour un temps les réminiscences d'autres horizons devant mal discernables dans la brume fantomatiques les repères familiers passé la pointe du chateau puis la balise droit devant quelquepart colorés les mouillages tremblés des casiers attendent la remontée à force de mains conjuguées le reste affaire de hazard ou de chance au jeu enfantin de la mer .   ( Perros , septembre )
Posté par Georges Mazou à 10:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 septembre 2020

les miettes

une part des choses.   parfois les mots comme glas en chapelle l'ère de la défiance de la paranoïa sous les masques imposés sommes tous devenus malades et prisonniers sans lendemains véritables encombrés d'incertitudes une attente inquiète insensée en place des fêtes de l'été infantilisés sans dieux possibles les espaces ne sont plus notres faire comme si même sur les remparts de St Malo farce sinistre crépusculaire s'appliquer à petits pas privés du rire de toute légèreté sommes devenus les créatures... [Lire la suite]
Posté par Georges Mazou à 15:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 juillet 2020

les miettes

Une part des choses   Sainte Marie des entrailles qui sait si bien les échos de cuisines gemissements râles plaintes reine hypocondriaque et vie de rat   s'agripper en désespoir de causes au convenu en méchancetés rancoeurs certitudes visqueuses on abandonne après tout que les siens   au fil des jours salades confites sans plus de lendemains chantés   la lassitude est gagnante océane sublunaire plus rien n'y fait désormais que quelques bulles de soufre encore crevant en surface laissant... [Lire la suite]
Posté par Georges Mazou à 11:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]