14 janvier 2015

MOLLY

tu as l'intelligence du deux et deux font quatre tu as donc souvent raison   mais tu as renoncé à l'intelligence du monde à la complexité   tu es dans le temps et les choses tu ne veux plus rien savoir .   (1992)
Posté par Georges Mazou à 10:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 janvier 2015

MOLLY

femme   la main sur la raie haute de ton cul tu te balances cambrure nord-mal pas mal ça va amour laboure terres pleines chantent plaines comme nos veines chantent aux vents nos amours du Levant.   ( juin 1991.)
Posté par Georges Mazou à 13:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 janvier 2015

CHARLIE

sur les pavés de nos villes nous avons marché tous ensemble c'etait dimanche nous avons construit une belle journée au goût de printemps et de cerises.   12 JANVIER;
Posté par Georges Mazou à 17:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 janvier 2015

j'ai relu

mange des chocolats petite; mange des chocolats ! songe que toute métaphysique au monde est chocolats . songe que toutes les religions n'en apprennent pas plus que que la confiserie , mange, petite sale,mange! si je pouvais seulement manger des chocolats avec autant de vérité! mais hélas je pense, et , quand j'ôte le papier d'argent - simple feuille d'étain - je jette tout par terre,comme j'ai jeté ma vie.   ( Pessoa. Bureau de tabac )
Posté par Georges Mazou à 10:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 janvier 2015

MOLLY

l'immunité bavarde de quelques unes l'incandescence rêveuse des autres   elles croisent les jambes vous regardent vous sédimentent   femmes ensoleillées des fins d'après midi sens vos gestes   musiques sourdes cacophoniques deltaîques de nos chiennes de vies.   ( phare. 91)
Posté par Georges Mazou à 13:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 janvier 2015

MOLLY

le ciel est bleu vent pâle fleurs douceâtres dansent les hautes herbes têtes folles y sont posées des soleils quoi des rires blonde brune l'oeil clos malin les mains sous les nuques un joli mois de mai p'tit bout de bonheur égrenné.   ( 1989 ).
Posté par Georges Mazou à 14:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 janvier 2015

MOLLY

ouvrir ta chemise tes seins tendus tu défais tes cheveux ma bouche ouverte à ton nombril femme   j'ai encore celà l'imaginaire femme toujours rêver à la mer aux palmes insulaires   la vie par ordinaire est de cailloux d'encre violette de l'école primaire mais la caisse d'épargne l'ombre signifiante d'une vie de travail mal rénumérée. (février1988)
Posté par Georges Mazou à 11:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 janvier 2015

MOLLY

julie tu apprendras personne n'est comptable de la solitude de l'autre.
Posté par Georges Mazou à 11:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 janvier 2015

MOLLY

comme une femme antillaise transe vaudou   dans la nuit de tempête saules pleureurs se tremoussent.   ( phare; juin1987 ).
Posté par Georges Mazou à 11:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 janvier 2015

MOLLY

  parfois par incidence je souffre de tes jardins ordinaires peu de mon rythme ni de mon ordre la sensation désagréable de m'effriter sur de petites écailles trop dures.
Posté par Georges Mazou à 11:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]