september road blues

 

il pleut

rafales rageuses

gorgeant tout

de traine tropicale

 calme

étrangement

nul bruit de voisinage

ni télévision

ni pas feutrés

dans les couloirs

il entend

vaguement

la circulation routière

derrière le rideau d'arbres

atténuée par la nuit

hotel modeste

d'une chaine quelconque

sur zone commerciale

éloignée

d'un centre ville

banlieusard

logiques contemporaines

petite chambre

fonctionnelle

sans plus

sans âme

il va de soi

pianote

agacé

son portable

à la recherche de connexions

mais sa tête

est ailleurs

pensant qu'au fond

ici

serait bien

pour en finir

nulle part

incognito

sans rien

ni personne

humblement

tout au bout

d'une  longue route

mais non

bien

sûr

trop moderne

trop littéraire

pour fin de compte

il le sait

c'est dans l'errance

qu'il se supporte

encore le mieux

dans le silence des vagabonds.

 

( Barentin. septembre 2015)

DSC_6420