les brumes

 

les brumes de la nuit

éffacent nos amours

comme chiffon du tableau

 

assèché de peines

on en reste disloqué

bras ballants

 

toujours la même histoire

depuis que le monde est monde

la terre tourne les hommes s'en retournent

 

mais la beauté du monde

le sourire des gens 

les mots d'enfants

 

la mer et son éternel retour

les bonheurs musicaux

l'air du temps matinal

 

on voudrait tout

là, léger

en verticalité

 

se la couler douce

par brins jolis de tendresse

et chantonner la merveille

 

mais voilà

les brumes

on en peut que si  peut .

 

( Perros.décembre)

DSC_7926