du mauvais temps

 

la nuit

coup méchant de vent

ça cogne

ça siffle

aux vitres du séjour

le confort de la couette

et la flemme insomniaque

vous gardent en veille bienheureuse

on ronronne sous abris

en se retournant

 

mais

n'y tenant plus comme l'enfant

se glisser sur le balcon

frigorifié

respirer

grandes goulées

profondément

 

sur le port

en-bas

quelques maigres lumières

semblent s'être recrocquevillées

sous l'assaut continu

point de pluies

elles se réservent pour l'heure du boulanger

et la lune blanchâtre s'efface sous la sombre cavalcade

de suroît

 

on imagine la mer

qu'on ne voit pas

noire

blanchie de crêtes coléreuses en solitude

voilà

cette fois on y arrive au presqu'hiver

on se rentre

ravi d'être là

frontalier maritime

 

ne reste plus

qu'à retourner en lecture

accompagné du chant hargneux

des dieux océaniques.

 

( Perros . décembre )

DSC_8012