18 avril 2016

les miettes

ici les mots perdent de leur densité peut-être aussi en même temps de leur efficacité on dirait un temps ravi inqualifiable tout est marqué presque figé bleu pâle aux premières beautés d'avril.   ( Lorient )
Posté par Georges Mazou à 22:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 avril 2016

j'ai relu

à l'esprit en mal de notions qui s'est d'abord nourri de telles apparences,à propos de la pierre, la nature apparaîtra enfin,sous un jour peut-être trop simple, comme une montre dont le principe est fait de roues qui tournent à de très inégales vitesses,quoiqu'elles soient agies par un unique moteur. les végétaux, les animaux, les vapeurs et les liquides, à mourir et à renaître tournent d'une façon plus ou moins rapide. lagrande roue de la pierre nous paraît pratiquement immobile, et même théoriquement, nous ne pouvons concevoir... [Lire la suite]
Posté par Georges Mazou à 18:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 avril 2016

les miettes

cours de la Bôve   la ville à changé  en bien plus aérée lavée plus légère dirait-on moins de grisailles donc moins de murs les arènes sociales aussi se sont déplacées on a troqué en douce le monde ouvrier pour plaisance affichée et les bords de mer c'est certain se sont furieusement endimanchés les uniformes se sont faits forts discrets les gars de l'arsenal ont reculé d'un pas ou s'en sont partis voir ailleurs plus blanche donc plus vide et tout au bout la pêche le monde salé est moins en ... [Lire la suite]
Posté par Georges Mazou à 16:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 avril 2016

les miettes

ici les batiments portent vagues à l'âme pour les âmes blessées font dans le beau les espaces de l'élancé pour les situations décalées en porte à faux pour portes faix ici en bords de rade gagnés sur les flottes royales tout devient flou incertain nauséeux et bougon dans l'attente assurée de souffrances à venir.   (Lorient. avril .)
Posté par Georges Mazou à 16:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 avril 2016

j'ai relu

à l'esprit en mal de notions qui s'est d'abord nourri de telles apparences, à propos de la pierre,la nature apparaîtra enfin, sous un jour peu-être trop simple, comme une montre dont le principe est fait de roues qui tournent à de très inégales vitesses,quoiqu'elles soient agies par un unique moteur. les végétaux, les animaux, les vapeurs et les liquides, à mourir et renaître tournent d'une façon plus ou moins rapide, la grande roue de la pierre nous parait pratiquement immobile, et même, théoriquement,nous ne pouvons concevoir... [Lire la suite]
Posté par Georges Mazou à 15:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]