le chemin

 

dans le matin gris de pluies de cette saison là

il franchit encore la vieille barrière

mais

le geste est moins sûr

souffle plus court

moins de délié

 

derrière

invisible dans la coudée de la sente

le grand voyage cahotique 

noyé dans les brumes du jour 

le pardon et les réminiscences

 

devant

la longue pente désormais

bordée d'herbes hautes

des bosquets de bambous impénétrables

pourquoi faire d'ailleurs

pourquoi faire

 

 

il lui suffit des pas de son élan

d'aller en allégresse vers l'océan.

 

( Perros.mars )

DSC_2259