les assis

 

entre l' instinct de survie

banal

 

et la peur

qui ne les quitte guère

trébuchants

ils portent retrécissement de tout

à en suffoquer

laideur

et délabrement sans nom

en guirlandes ruminantes

à coup sûr

du coté des vieilles de l'espagnol

loin

très loin

des lignes d'une jeune femme en chapeau

inaccessibles désormais

 

ici

lourdement

l'organe triomphe

dans ses remue-ménages et mastications sonores

 

lui

fasciné

les regarde

les supporte

tout au bord de l'écoeurement

désemparé

mais

à leur porte désormais.

 

( Perros . juin )5100003497_Portrait_dune_jeune_femme_au_chapeau_de_Amedeo_Modigliani