S.

 

là- bas

derrière les pins

sur la presqu'île

ton dernier souffle

 

un matin de novembre

si loin maintenant

 

une autre vie

une autre ronde

 

reste la plaie profonde

jamais vraiment cicatrisée

comme les revenants blessés de guerre

 

la grande besasse à souvenirs

bien close et lacée

 

volonté besogneuse

d'y solder

une belle histoire

bleue iodée cahotique

.

 

( Roscoff . septembre . )

DSC_1075 (3)