02 décembre 2018

les miettes

  La diagonale.   5/ être à la fête .   De son violoncelle, il joue Bach . c'est sur la grande place , au pied de la vieille cathédrale , si bien, que les passants s'arrêtent et font cercle autour de lui , à distance respectueuse . instant de grâce. c'est une fin d'après-midi lumineuse et chaude. se dire que c'est ici qu'il faut être dans ce moment de plénitude et d'équilibre en retrouvant le fort sentiment enfantin d'être à la fête .
Posté par Georges Mazou à 17:05 - Commentaires [1] - Permalien [#]

29 novembre 2018

les miettes

la diagonale   4 / La saison est finie .   Allons voir en passant , la bourgeoise .vieille et ridée, bardée de breloques couteuses , elle respire à peine entre ses belles facades déjà closes . la saison est finie. mais elle offre toujours aux jeunes gens déliés l'inlassable jeu de ses vagues hautes et trébuchantes . quand même , même pas bu un coup !   Soirée de froidure sur la ville frontière. tout le monde semble s'être réfugié dans ce resto bord de mer , ouvert sur la nuit et les vagues . comme un cliché mille... [Lire la suite]
Posté par Georges Mazou à 11:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 novembre 2018

les miettes

La diagonale.   3 / conduire .   De la route , conduire . le monde en mouvement ,les bons moments de fluidités , les paysages en défilés . on pense à Alain , lephilosophe,aux lignes de fuites ,à la mythologie du sud  .
Posté par Georges Mazou à 10:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 novembre 2018

les miettes

la diagonale d'un voyage.   2/ la place   sur la route , plaisir souvent retrouvé, l'inattendu . il suffit vers l'heure du déjeuner ,de quitter le grand axe des vacances. on tourne, on hésite un peu, pour se retrouver attablé en terrasse,au soleil de septembre , devant un verre de vin blanc un peu dur de pays . du monde ici sur la place devant le PMU . dimanche midi, toutes les générations mêlées et à entendre les brides des conversations, ici on   travaille . la ville estuaire et les chantiers au bord du fleuve... [Lire la suite]
Posté par Georges Mazou à 10:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 novembre 2018

les miettes

La diagonale d'un voyage .     Tenter la diagonale d'un voyage, thème éculé s'il en est .     1/ Ville portuaire .   cité maritime qu'elle aime à brandir comme slogan, non sans raison . on la croit bien connaitre et depuis fort longtemps . ellle porte en elle de fortes bouffées de mer , de jeunesse éperdue , par delà ses métamorphoses d'aujourd'hui.  Mais il suffit d'un hazard d'hôtel de confort pour se retrouver, ravi, dans une autre perspective . le  quartier est inconnu, pas vraiment à... [Lire la suite]
Posté par Georges Mazou à 17:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 novembre 2018

les miettes

En mémoire .   Un temps de purgatoire pour sonner en chapelle dix années d'absence sans retour on porte en peine le sentiment cruel d'un passé désormais au passé radicalement coupé aussi la blessure des revenus mal soignée mal cachée séquelle qu'on traîne avec soi irrémédiablement dans une certaine équivoque entre amertume et fierté nous nous sommes tant aimé .   ( Perros . 21 Novembre. )
Posté par Georges Mazou à 17:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 septembre 2018

les miettes

Les parfaits .   Aux ames bien nées qu'importe le doigt des damnés les voix qui se sont tues   les parfaits langues de putes il faut les voir s'agiter en psalmodiant d'entre leurs crocs qu'ils sont là encore     langues de boeufs en lourd repas de cantine ils vont gueudasses bien cirées le menton haut en milieu de chaussée ils se méfient des vents que l'on dit contraires annonciateurs de sourdes vérités     langues de vipères ils ont aux bras de lourdes cavalières de celles des... [Lire la suite]
Posté par Georges Mazou à 10:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 août 2018

les miettes

  Pierre de lune des contrées lointaines aux reflets fuyants bleus de l'enfance ceux d'hier bleu du bleu sombre de la mer quand les vents sont au Nord parfois ça tangue tant qu'on voudrait prendre la tangente au bord de la vie des autres surtout bord de plage bord de page sans y être vraîment bords des morts la vaine recherche de lumières qu'importe le pas toujours ce rien d'hésitation pour fêler toute fête tout au fond cicatrice mal recousue le bleu regard d'une femme perdue.   ( Perros . Août ).
Posté par Georges Mazou à 14:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 juillet 2018

les miettes

LA MICHE .   C'était un bon gros pain de campagne de ceux qu'on partage sans plus d'arrière pensée dans la lumière d'un été une pleine miche à trancher craquante de la vie du travail des saisons   il reste les miettes sentant bon encore avec un reste de chaleur si on y approche narine éparses sur la nappe elles n'attendent plus que la main qui va les balayer dans un rien d'hésitation sous l'ombre vacillante d'une chandelle.   (Perros , juillet).
Posté par Georges Mazou à 10:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 mai 2018

les miettes

Colère.   les ombres grises des arrières cuisines de l'enfance sont de retour peu de lendemain seules des suites sans conséquences ni guère de consistances   là-bas comme hier le peuple de la poussière poussé tirés comme lapins défend comme il peut au prix du sang notre reste de dignité   on envie parfois dans leur placidité tranquille la sagesse des grands arbres envers des hommes bien plus beaux quand ils sont vieux .     ( Perros . Mai . )
Posté par Georges Mazou à 10:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]