17 août 2015

les miettes

sur la plage baignée d'un matin de rosée la reine lumineuse délie chausses et chemise et s'avance  dans la chute desvagues pour rafraîchir pieds et chevilles   elle porte en elle la sourde colère de l'indicible morsure du temps l'attente crispée de ceux qui ont posé les doigts sur leur destin et n'en peuvent mais .   ( Perros. août)  
Posté par Georges Mazou à 23:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 août 2015

les miettes

la reine et son cortège de rois fous et gentilles dames de cours s'en allait aux rivages comme d'autres en chemins de croisades   elle chantonnait la belle les campagnes d'or aux vallons d'ambres elle chantonnait l'attente une forme de confort en affection un sentiment surgit de nulle part depuis longtemps oublié l'eau bleue des jours d'après l'hiver   pour ne pas en mourir fleur d'églantine à la main.   ( Perros. Août 2015 )
Posté par Georges Mazou à 14:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 août 2015

j'ai relu

j'ai conçu en secret des philosophies qu'aucun Kant n'a écrites. mais je suis, etrestreai peu-être toujours, celui de la mansarde que pourtant je n'habite pas; je serai touours celui qui n'était pas né pour cela; je ne serai jamais que celui qui avait des dispositions; je serai toujours celui qui attendait qu'on lui ouvrit la porte, au pied d'un mur sans porte, qui chantait la chanson de l'infini dans un poulailler, celui qui entendait la voix de Dieu au fond d'un puit bouché. croire en moi ?non,ni en rien. que la nature... [Lire la suite]
Posté par Georges Mazou à 14:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 août 2015

les miettes

souvent les nuits sont difficiles on ne cherche plus à savoir pourquoi tant de raisons déraisonnables le corps fatigué mais qui refuse la caboche vagabonde regarde passer les heures qui n'en font qu'à leurs têtes alors les livres la musique les songes divaguants on se retourne encore se relever écouter la mer la sentir pas loin dans son indifférence glacée de reine saturnienne les lumières jaunâtres sur le port le calme sans quiètude la nuit on boite cheval de retour les mots les mots puis vient l'heure... [Lire la suite]
Posté par Georges Mazou à 23:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 août 2015

j'ai relu

le jour oû la petite Sarah Walker fut assassinée, en 1909,un ouragan déboula brutalementàtravers les plaines de la Nouvelle-Galles du Sud avant de se déchainer sur la minuscule ville de Plint .un tel meutre devait constiuer le point focal de ces quelques journées d'agitation fébrile oû presque chacun des deux cents habitants eut quelquechose à déplorer.   Chris Womersley.Les Affligés.  
Posté par Georges Mazou à 08:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 août 2015

les miettes

il s'est assis à l'ombre sur le banc de bois peint de vert   regardant de l'autre coté la chapelle trapue le beau calvaire devant et le petit cimetière traditionnel   on entendait le vent en forme dans les arbres alentours   ainsi un dimanche son chemin de silence   tout passe mais la vie blessée minante de ceux qu'ont perdu boussole et l'Amérique.   ( Keraudry, août 215).
Posté par Georges Mazou à 08:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 août 2015

les miettes

un peu fébrile elle est jeune empruntée et prend les commandes appliquée sur son petit carnet à souches on lui pardonne tout biensûr de sa tendresse à la terrasse ensoleillée du dernier jour de juillet.   ( Le Dourduff. )
Posté par Georges Mazou à 13:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 juillet 2015

les miettes

quand la grisaille et ses chausses de pluies s'éprennent de juillet le vent se diffracte allègrement dans les arbres courbés des chemins pour nous ré-enchanter.   ( Prat.juillet 2015 )
Posté par Georges Mazou à 10:38 - Commentaires [1] - Permalien [#]
27 juillet 2015

j'ai relu

Messieurs et dames de la compagnie, les trois marchés de Fort de France ( viandes, poissons,légumes ) étaient, pour nous djobeurs, les champs de l'existence. une manièredeciel,d'horizon,de destin, à l'intérieur de laquelle nous battions la misère.   En vous confiant qui nous étions,aucune vanité n'imprègnera nos voix : l'histoire desanonymes n'ayant qu'une douceur,celle de la parole, nous y gouterons à peine .riches seulement d'une brouette etde sonmaniement,nous ne cultivions rien, ne pêchions rien, n'apportions rien . et... [Lire la suite]
Posté par Georges Mazou à 11:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 juillet 2015

Posté par Georges Mazou à 20:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]