29 décembre 2014

MOLLY

un noël   c'est un soir de lune de gestes somptueux débridés de chansons vers la mer l'élancement malin de la danse déhanchement samba syncopée le va et vient tournoyant des jambes se frolant corps trempés voix rauques des fatigues c'est une nuit de perle rare.   ( Lannion . 1982 )
Posté par Georges Mazou à 12:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 décembre 2014

MOLLY

la vie presque rien   c'est un matin de printemps de ciel pâle tu me balances ton désir   taille basse jean ouvert épaules rondes tes yeux me fascinent m'engloutissent   tes seins à l'ombre de tes mains voilà tes jambes la voix un peu rauque ton souffle qui chante au plaisir    comme marin revenant de loin je bande en ouvrant ma chemise   ton ventre blond dans la lumière la chute de tes reins cambrés jouisseurs sous ma paume tremblante la vie presque rien.  
Posté par Georges Mazou à 11:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 décembre 2014

MOLLY

un noël   c'est un soir de lune de gestes somptueux débridés de chansons vers la mer l'élancement malin de la danse déhanchement samba syncopée le va et vient tournoyant des jambes se frolant corps trempés voix rauques des fatigues c'est une nuit de perle rare.   ( Lannion. 1982)
Posté par Georges Mazou à 14:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 décembre 2014

MOLLY

les sinuosités   la lumière défile sur la peau entre tignasse jais le front plus pâle comme opposé par nuances ainsi du chef-d'oeuvre est ce possible interdit présence dense absence danse danse   ame désire- tu ? jeu le chat et la souris .   ( 1984 ).
Posté par Georges Mazou à 13:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 décembre 2014

j'ai relu

je ne suis rien je ne serai jamais rien je ne peux vouloir être rien à part ça, je porte en moi tous les rêves du monde   fenêtres de ma chambre,de ma chambre ou vit l'un des millions d'êtres au monde dont personne ne sait qui il est ( et si l'on savait,que saurait on ? ) vous donnez sur le mystère d'une rue au va et vient continuel, sur une rue inaccessible à toutes pensées, réelle,au delà du possible,certaine,au-delà  du secret, avec le mystère des choses par dessous les pierres et les êtres avec la mort qui... [Lire la suite]
Posté par Georges Mazou à 14:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 décembre 2014

MOLLY

deux trois choses une fierté sans égale la vanité d'être père   nous vivons séparés   j'ai renoncé à la lutte sournoise visqueuse je reste sa certitude   un antidote père par procuration quelques fois par an   de tout façon à coté ailleurs   et quand elle s'en va j'en suis malade deux jours avant.   ( Pâques1982  )
Posté par Georges Mazou à 13:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 décembre 2014

MOLLY

le fichu à ton cou que tu défais tu es une algue d'eau claire sous mes brusqueries de chien hargneux tu chantonnes et mords à mes lèvres nous dérivons voilà le Gange l"île éloignée l'ambre des terres étrangères le désir de la vague pour les sables chauds l'odeur du lilas le grain de ta peau ton parfum mes fantasmes une éllipse autour de ton nombril de tes colliers le temps révoqué   tu peux venir l'angoisse...   ( juin 1981).  
Posté par Georges Mazou à 10:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 décembre 2014

MOLLY

calva nocturne roule patin matin glacé gueule de bois faut pas vouloir faut pas vouloir s'trop débrider.   (1983 )
Posté par Georges Mazou à 09:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 décembre 2014

MOLLY

la certitude le minéral et le solide l'eau et l'abondance la beauté lascive tes yeux ton regard dans ma tête tout ce bleu qui ne me quitte plus ta main qui vient me chercher tu es la femme de mes îles . ( 1983)
Posté par Georges Mazou à 10:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 décembre 2014

MOLLY

si un jour tu t'en fous le camp prends donc le soleil tousl es arbres et les petits oiseaux prends mon tabac les livres et l'odeur des lilas les matins de septembre et les nuits de l'été   n'oublies pas de fermer le tiroir de tirer les volets et en partant de caresser le chien ne te retournes pas mais souffles sur la mer du plus fort que tu peux qu'elle se retire au loin et n'en revienne plus.   ( 1983 )
Posté par Georges Mazou à 09:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]