18 avril 2016

j'ai relu

à l'esprit en mal de notions qui s'est d'abord nourri de telles apparences, à propos de la pierre,la nature apparaîtra enfin, sous un jour peu-être trop simple, comme une montre dont le principe est fait de roues qui tournent à de très inégales vitesses,quoiqu'elles soient agies par un unique moteur. les végétaux, les animaux, les vapeurs et les liquides, à mourir et renaître tournent d'une façon plus ou moins rapide, la grande roue de la pierre nous parait pratiquement immobile, et même, théoriquement,nous ne pouvons concevoir... [Lire la suite]
Posté par Georges Mazou à 15:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 avril 2016

les miettes

Table.( 2 )   le gros Littré ouvert sur la table pour les mots océaniques   le Mont-Blanc,décapuchonné distrait     en attente   ( son plus beau cadeau reçu ) la moque est vide aussi,un peu grasse désormais lui le nez à la fenêtre regarde la mer en ses lumières offertes en panne forme et fond la table d'écriture lutrin laïc mal foutu tant d'autres sont passés par là pour un rien une idée passante un regret une chanson pour lar rue le grand roman jamais fini   l'important... [Lire la suite]
Posté par Georges Mazou à 14:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 avril 2016

les miettes

Fest-noz   En rondes serrées corps chauds mouvements sur le plancher de bois résonnant des mille pas sautés on ne sait s'ils tassent terre ou s' en échappent aux cadences aigres douces d'un couple de sonneurs soufflant chantant la mélopée inépuisable d'une contrée étrange rencontres bon-enfant à leurs pas de sabots la fête ici est raisonnant et se déplie aux sangs mêlés des saisons .   ( Perros. avril )  
Posté par Georges Mazou à 21:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 avril 2016

les miettes

table.   A tout plier de nos inconvénients la table est dure pour ce qui reste aux coudes maigres et fatigués alors au diable âmes salées restes de miettes du pain de campagne que l'on balaie d'un geste sec àl 'heure sonnée de l'angélus faut se lever y aller come ça que l'on fait dans l'épaisseur de nos vies en repliant son couteau au manche en bois d'amérique le fourrant en poche pour lendemain des  possibles au pas de la porte.   ( Perros. avril )
Posté par Georges Mazou à 21:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 mars 2016

les miettes

Au clair de la lune     de sa fenêtre ouverte sur la nuit une enfant en vacances regarde le clair de lune son reflet étalé d'argent sur les vases de marée basse son astre préféré elle lui fait du bien elle ne sait pas pourquoi clin d'oeil amical fidèle mais changeante signe certain du lendemain d'avant de se coucher.   elle ne sait pas encore que l'astre est mort vide comme un désert lointain que le soleil veille même parti pour l'autre bout du monde lui renvoyant complice unpeu de sa lumière . ... [Lire la suite]
Posté par Georges Mazou à 12:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 mars 2016

j'ai relu

Chant 1.   Au milieu du chemin de notre vie je me retrouvai par une forêt obscure car la voie droite était perdue. ah dire ce qu'elle était est chose dure cette forêt féroce et âpre et forte qui ranime la peur dans la pensée ! elle est si amère que mort l'est à peine plus; mais pour parler du bien que j'y trouvai, je dirai des autres choses que j'y ai vues. je ne sais pas bien redire comment j'y entrai, tant j'étais plein de sommeil en ce point ou j'abandonnai la voie vraie, mais quand jefusvenu au pied d'une... [Lire la suite]
Posté par Georges Mazou à 21:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 mars 2016

les miettes

Les bernaches     Dans la douceur oblique d'une frileuse soirée de mars elles vont en troupes fébriles montrant leurs culs blancs d'oies en goguette toutes occupées qu'elles sont à la ripaille d'une marée montante   quand elles émergent têtes noirâtres elles tiennent leur espace leur distance polie dans de lents gracieux allers retours surveillant mine de rien l'alentour sans crainte véritable elles sont dans la paix du soir tout simplement à chacun sa place à chacun sa lisière elles savent ... [Lire la suite]
Posté par Georges Mazou à 15:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 mars 2016

j'ai relu.

Lire.   Quand le petit Gustave Flaubert, égaré, encore "bestial" émerge du premier âge, les tehniques l'attendent. Et les rôles. le dressage commence : non sans succès semble-t-il; personne ne nous dit, par exemple, qu'il ait eu du mal à marcher . au contraire nous savons que ce futur écrivain a buté quand il s'est agi de l'épreuve primordiale, de l'apprentissage des mots .nous tenterons de voir, tout à l'heure, s'il eut, dès l'origine, des difficultés à parler. ce qui est sûr, c'est qu'il fit mauvaise figure dans l'autre... [Lire la suite]
Posté par Georges Mazou à 20:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 mars 2016

les miettes

la Terrasse   elle avait quoi cinq ans peut-être six blondine aux yeux bleus elle s'était arrêtée là devant lui et le regardait comme seuls les enfants regardent franchement longuement lui devant sa bière croquant un biscuit réparateur elle avait le nez tout éraflé il se frotta le sien elle susurra qu'elle était tombée il lui offrit un autre biscuit elle sourit et partit en joyeuseté allègre et gourmande rejoindre les siens attablés un peu plus loin la vie est si simple parfois comme comptine.   (... [Lire la suite]
Posté par Georges Mazou à 02:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 mars 2016

les miettes

Pélérinage.   Les voix du passé qui nous hantent.(  Barbara )   le pennti bien-sûr est toujours là réaménagé au bord de de la petite route qui fût un chemin de la côte la lande qu'ils aimaient tant a laissé place alentour aux habitats de vacances ce n'est plus la pointe sauvage oû cacher tendresse au coin du feu le grand phare veille encore de ses pinceaux nocturnes de ses éclats de mer et dans la crique les pieux de bois noircis plantés profond dans la vase pour l'amarrage des barques somnolent par... [Lire la suite]
Posté par Georges Mazou à 13:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]