25 janvier 2016

Les miettes

la belle au bois dormant   la perte parfois ébranle jusqu'à l'assise vous laissant en héritage la fébrilité coléreuse et l'inquiètude les nuits blanches ingérables sont là pour le mal digérer juqu'aux levés des aurores bonnes filles vous cueillant même aux hivers des lumières de la vie au prix assuré de lassitudes et comme on dit chez nous d'être tout à fait à l'ouest.   ( Perros janvier )
Posté par Georges Mazou à 18:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 janvier 2016

j'ai relu

ce jour là, j'ai bien cru tenir quelque chose et que ma vie s'en trouverait changée . mais rien de cette nature n'est définitivement acquis . comme une eau, le monde vous traverse et pour un temps vous prête ses couleurs. puis se retire , et vous replace devant ce vide qu'on porte en soi , devant cette espèce d' insuffisance centrale de l'âme qu'il faut bien apprendre à côtoyer, à combattre, et qui , paradoxalement, est peut-être notre moteur le plus sûr.   Nicolas Bouvier. l' usage du monde .
Posté par Georges Mazou à 21:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 janvier 2016

les miettes

Mona Lisa   Madame nous vous confions en innocence nos illusions bruyantes nos peurs lancinantes nos restes d'enfance c'est sans doute même chose   mais s'il vous en plaît encore offrez nous votre  bras votre main pour un instant coeur vaillant nous redresser retrouver la sécurité de l'espace d'un homme la certitude   nous connaissons si bien sans le dire ce demi-sourire en surplomb quand vous nous toisez l'air de rien nous connaissons si bien notre douce amertume à vous voir vous faner... [Lire la suite]
Posté par Georges Mazou à 16:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 janvier 2016

les miettes

de la pluie   de la pluie de celles qui grignotent le temps et rongent nos envies   on l'aime un peu pour la poétique mais bon sens frilosités et vieux os reprennent assez vite le dessus   elle s'épanche aux revers de nos vitres qu'on dirait des larmes de romantiques ou d'endeuillés   elle trouble la vue nous trempe laines et gilets et peut gifler de sa violence froide   mais ce qu'elle fait de mieux c'est de nous assommer de grisailles sans nuances au paradis de nos contrées . ... [Lire la suite]
Posté par Georges Mazou à 21:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 décembre 2015

les miettes

du mauvais temps   la nuit coup méchant de vent ça cogne ça siffle aux vitres du séjour le confort de la couette et la flemme insomniaque vous gardent en veille bienheureuse on ronronne sous abris en se retournant   mais n'y tenant plus comme l'enfant se glisser sur le balcon frigorifié respirer grandes goulées profondément   sur le port en-bas quelques maigres lumières semblent s'être recrocquevillées sous l'assaut continu point de pluies elles se réservent pour l'heure du boulanger et la... [Lire la suite]
Posté par Georges Mazou à 15:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 décembre 2015

les miettes

des soubassements   aux soubassements de nos vies l'âge venant en sourdine il ne reste peut-être que celà les amitiés qu'on ne saurait brader au marché du jeudi même sous la pluie   elles resistent à tout sans quel'on sache vraiment pourquoi racines contre vents et marées perdues renouées   on peut s'y retrouver en légèreté toujours pour peu qu'on y perdre point le Nord et nos valises mal fagotées au clapot du tous les jours   elles sont gravées aux granits de nos côtes pour ré sister... [Lire la suite]
Posté par Georges Mazou à 15:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 décembre 2015

j'ai relu

des deux entrées du café, elle empruntait toujours la plus étroite, celle qu' on appelait laporte de l'ombre. elle choisissait la même table au fond de la peite salle. les premiers temps, elle ne parlait à personne, puis elle a fait connaissance avec les habitués du Condé dont la plupart avaient notre âge, je dirais entre dix-neuf et vingt-cinq ans.elle s' asseyait parfois à leurs tables, mais, le plus souvent, elle était fidèle à sa place,tout au fond . elle ne venait pas à une heure régulière, vous la trouviez assise là très tôt le... [Lire la suite]
Posté par Georges Mazou à 21:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 décembre 2015

les miettes

les brumes   les brumes de la nuit éffacent nos amours comme chiffon du tableau   assèché de peines on en reste disloqué bras ballants   toujours la même histoire depuis que le monde est monde la terre tourne les hommes s'en retournent   mais la beauté du monde le sourire des gens  les mots d'enfants   la mer et son éternel retour les bonheurs musicaux l'air du temps matinal   on voudrait tout là, léger en verticalité   se la couler douce par brins jolis de tendresse ... [Lire la suite]
Posté par Georges Mazou à 21:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 décembre 2015

les miettes

les ombres demesurées couvrent les têtes baissées au point qu'ils n'osent plus bouger ils regardent un peu las les rougeoiements solaires déclinants fabuleux de la fin du jour au-dessus des pins courbés de vents noirs maritimes mais à quoi bon? la beauté du monde ne nous sauve de rien .   (Perros. décembre)
Posté par Georges Mazou à 21:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 novembre 2015

j'ai relu

tu te reveilles le matin et tu sais d'avance que c'est un jour déjà levé qui se lève . que cette journée qui commence sera la soeur jumelle de celle d'hier, d'avant-hier et d'avant-avant-hier.tu peux traîner unpeu plus au lit, voler quelques minutes supplémentaires à ce jour qui pointe afin de reposer un brin plus longtemps ton corps courbatu, particulièrement ce bras gauche encore endoloripar les vibrations du lourd marteau avec lequel tu cognes quotidiennement la pierre dure . mais il faut te lever, Dieu n'a pas fait cette nuit plus... [Lire la suite]
Posté par Georges Mazou à 17:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]