31 décembre 2015

les miettes

du mauvais temps   la nuit coup méchant de vent ça cogne ça siffle aux vitres du séjour le confort de la couette et la flemme insomniaque vous gardent en veille bienheureuse on ronronne sous abris en se retournant   mais n'y tenant plus comme l'enfant se glisser sur le balcon frigorifié respirer grandes goulées profondément   sur le port en-bas quelques maigres lumières semblent s'être recrocquevillées sous l'assaut continu point de pluies elles se réservent pour l'heure du boulanger et la... [Lire la suite]
Posté par Georges Mazou à 15:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 décembre 2015

les miettes

des soubassements   aux soubassements de nos vies l'âge venant en sourdine il ne reste peut-être que celà les amitiés qu'on ne saurait brader au marché du jeudi même sous la pluie   elles resistent à tout sans quel'on sache vraiment pourquoi racines contre vents et marées perdues renouées   on peut s'y retrouver en légèreté toujours pour peu qu'on y perdre point le Nord et nos valises mal fagotées au clapot du tous les jours   elles sont gravées aux granits de nos côtes pour ré sister... [Lire la suite]
Posté par Georges Mazou à 15:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 décembre 2015

j'ai relu

des deux entrées du café, elle empruntait toujours la plus étroite, celle qu' on appelait laporte de l'ombre. elle choisissait la même table au fond de la peite salle. les premiers temps, elle ne parlait à personne, puis elle a fait connaissance avec les habitués du Condé dont la plupart avaient notre âge, je dirais entre dix-neuf et vingt-cinq ans.elle s' asseyait parfois à leurs tables, mais, le plus souvent, elle était fidèle à sa place,tout au fond . elle ne venait pas à une heure régulière, vous la trouviez assise là très tôt le... [Lire la suite]
Posté par Georges Mazou à 21:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 décembre 2015

les miettes

les brumes   les brumes de la nuit éffacent nos amours comme chiffon du tableau   assèché de peines on en reste disloqué bras ballants   toujours la même histoire depuis que le monde est monde la terre tourne les hommes s'en retournent   mais la beauté du monde le sourire des gens  les mots d'enfants   la mer et son éternel retour les bonheurs musicaux l'air du temps matinal   on voudrait tout là, léger en verticalité   se la couler douce par brins jolis de tendresse ... [Lire la suite]
Posté par Georges Mazou à 21:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 décembre 2015

les miettes

les ombres demesurées couvrent les têtes baissées au point qu'ils n'osent plus bouger ils regardent un peu las les rougeoiements solaires déclinants fabuleux de la fin du jour au-dessus des pins courbés de vents noirs maritimes mais à quoi bon? la beauté du monde ne nous sauve de rien .   (Perros. décembre)
Posté par Georges Mazou à 21:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 novembre 2015

j'ai relu

tu te reveilles le matin et tu sais d'avance que c'est un jour déjà levé qui se lève . que cette journée qui commence sera la soeur jumelle de celle d'hier, d'avant-hier et d'avant-avant-hier.tu peux traîner unpeu plus au lit, voler quelques minutes supplémentaires à ce jour qui pointe afin de reposer un brin plus longtemps ton corps courbatu, particulièrement ce bras gauche encore endoloripar les vibrations du lourd marteau avec lequel tu cognes quotidiennement la pierre dure . mais il faut te lever, Dieu n'a pas fait cette nuit plus... [Lire la suite]
Posté par Georges Mazou à 17:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 novembre 2015

les miettes

le jour d'après   les couleurs de l'ombre comme un Rembrandt que l'on devine au bout de l'insomnie   la douleur de vivre que l'on traîne sale besace malgré soi sur les chemins de l'automne   et l'on devine un soir derrière la vitre d'un séjour de guingois monter les grands vents d'ouest accompagnés comme de toujours de la plainte des galets là-bas au Lenn   on préssent le basculement vers l'hiver qui attendait son tour   dans l'effroi solitaire de ce temps vacillant on voudrait bien... [Lire la suite]
Posté par Georges Mazou à 21:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 novembre 2015

j'ai relu

j'ai relu     je sais les cieux crevant en éclairs, et les trombes et les ressacs et les courants:je sais le soir, l'aube exaltée ainsi qu'un peuple de colombes, et j'ai vu quelquefois ce que l'homme a cru voir ! j'ai vu le soleil bas,taché d'horreurs mystiques, illuminant de longs figements violets, pareils à des acteurs de drames très antiques les flots roulant au loin leurs frissons de volets !   Rimbaud. extrait du Bateau Ivre.
Posté par Georges Mazou à 13:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 novembre 2015

les miettes

blues   il y a longtemps que le coucou ne chante plus dans les pins de Landrellec reste biensûr la mer dans son éternité hautaine de déesse lunatique restent les lumières en dorures obliques vers le rocher du Corbeau celui- là aussi  sait y faire dans son granit têtu pour prendre tous les coups même le temps qui passe et sur la sente côtière désertée à cette heure du jour ne chemine qu'un vieux chien de voisinage qui n'attend plus le retour des rois mages.   ( Landrellec.novembre )
Posté par Georges Mazou à 18:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 novembre 2015

les miettes

quand ça recommence.   il avance en novembre comme en terres spongieuses grises de leurs maléfices il sait les cicatrices de ces horizons flous les mots mal recousus au gré de l'irrémédiable cet empoisonnement des possibles il voudrait en malice sauter à pied joint par dessus le fatras mais il n'y a plus d'enfance.   ( Perros . novembre )
Posté par Georges Mazou à 20:40 - Commentaires [1] - Permalien [#]