27 décembre 2016

les miettes

A coté derrière la palissade de bois d'ici braillent les oies décalées les chiens roupillent dans la douceur matinale et le gris du Gabon assure sa partie d'humour sur ses variations tonales étonnantes du bonjour  quelconque.   ( Matoury . novembre )
Posté par Georges Mazou à 15:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 décembre 2016

les miettes

les fourmis mini-formats s'égaillent sur le carrelage brique du patio indifférentes à la chaleur montante aux bavardages sans fin  des oiseaux bien planqués dans les grands arbres du jardin   la vie chacun son cercle l'indifférence l'indiscible de ce monde.   ( Guyane, novembre )
Posté par Georges Mazou à 11:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 décembre 2016

les miettes

Ni un souhait ni la crainte mais la seule présence continue pesante estomacale de l'idée de la mort   ce qui manque presque toujours absolument la légèreté de vivre   sous le vent chaud matinal venu de la mer des pétales rouges du bougainvillée s'étiolent dans les bleus pâles translucides de la piscine .   ( Matoury.novembre 2016)
Posté par Georges Mazou à 17:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 novembre 2016

les miettes

PARTIR.     Aux premiers froids grincheux de novembre partir pour dix sous à tire d'ailes adieu vieille Europe salût le Matoury   biensur c'est long patience entassés il faut en prendre son parti entre bout de hublot et plateau insipide des voleurs de compagnies   après la descente à travers l'énorme épaisseur nuageuse de ces pays là pour mieux voir défiler l'immensité brocolique pour canopée   après encore franchi les portes l'énorme et lourde chaleur accueil en bain de jouvance ... [Lire la suite]
Posté par Georges Mazou à 21:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 octobre 2016

les miettes

Matinale.   dès l'aube ou son chacun s'en vient s'ajuster hésitant au miroir la vie banale   mais à soi mal déliée dans l'état sommeil d'une chaleur première d'ou il faut se secouer   pour passer aux actes qui feront essai de sens d'abord sous le jet d'eau conspirateur ou le kaléidoscope des pensées et songes s'ordonne un peu pour un corps lavé à lui-même revenu   c'est ce matin c'est aujourd'hui c'est maintenant .   ( Perros. octobre .)
Posté par Georges Mazou à 13:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 octobre 2016

les miettes

L'ombre.   fin octobre les prémisses de l'hiver déjà à pas de velours dans la certitude froide d'un quidam rigide   les feuilles tombent et tout terni dans la lumière oblique quand elle n'est pas cachée en brumes matinales   on se recouvre on pense à autrechose sous des tapis de gris quelques rondes encore dans les sous-bois fredonnent comme en compensation   le temps présent les promesses paresseuses des airs connus de nostalgie   on pourrait donc en rester là dans la mollesse... [Lire la suite]
Posté par Georges Mazou à 21:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 octobre 2016

les miettes

Le fleuve ( 3 )   Quand on attend plus rien le temps ne pèse qu'au présent immédiatement donné porté emporté commele fleuve inexorablement malgré le chant des saisons les bras bancs sableux crues étiages du grand débit d'hiver c'est tout comme nous sommes en a-pesenteur et nos histoires nos romans ne valent que trois sous dévalués d'une saison nous ne sommes pas la mer nous n'y revenons pas.     ( octobre).  
Posté par Georges Mazou à 21:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 octobre 2016

les miettes

Le fleuve  ( 2)     Craie de l'art au bout des doigts pour ne pas sombrer tout à fait en feuilles mortes   bords du fleuve cheminer grand soleil en légèreté dans le début d'octobre   craint cependant sourdement le moment de tourner casaque vers le nord   banalité du temps banalité des mots signent pesenteurs et blessures d'un dimanche.   ( octobre ).
Posté par Georges Mazou à 21:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 octobre 2016

les miettes

Le fleuve     Dans l'ombre rubis d'un chinon de brasserie les conversations ronronnantes alentours ici les gens se tiennent encore discrétion de province ça forme un halo autour de son puit de silence comme un rapport exact d'être au monde on devrait arrêter les choses dans ces moments là dansla chaleur humaine évanescente au bord d'un fleuve millénaire tout au bord de l'automne qui ne promet jamais rien.   ( Chinon. octobre. )
Posté par Georges Mazou à 21:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 septembre 2016

lesmiettes

le vent de septembre.   La rue pavée déserte jusqu'au vieil escalier luisant des pluies de la nuit seul le vent de septembre   il accompagne  soudainement ta voix revenue enchantement blessure n'ai rien perdu de nos chants d'allégresse les porte en moi soubassements nécessaires sous les herbes folles du jour   tu es partie depuis vieillir tant bien que mal penser mortels  vaille que vaille aussi les réconforts elliptiques de quelques autres   chercher à tout prix présent unique ... [Lire la suite]
Posté par Georges Mazou à 21:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]