Les parfaits .

 

Aux ames bien nées

qu'importe le doigt des damnés

les voix qui se sont tues

 

les parfaits

langues de putes

il faut les voir

s'agiter en psalmodiant d'entre leurs crocs

qu'ils sont là

encore

 

 

langues de boeufs

en lourd repas de cantine

ils vont

gueudasses bien cirées

le menton haut

en milieu de chaussée

ils se méfient des vents que l'on dit contraires

annonciateurs

de sourdes vérités

 

 

langues de vipères

ils ont aux bras

de lourdes cavalières

de celles des tribus flamandes

le nez en ras de paturages

 

langues bien pendues

les parfaits

dès fois

qu'incertain

on les oubliât

auprès de la fosse

en écoutant rouler la mer .

 

( Perros. septembre.)

20180831_141750